Aca Driving Marketing Success
 
Réflexion stratégique sur le web sémantique
juillet 8th, 2010

Par Brady Gilchrist, Admodo

8 juillet 2010

Il est fort probable que vous ayez entendu beaucoup parler du web sémantique ces derniers temps. Les conséquences de ce concept sont assez complexes, mais je vais tenter de vous exposer ce qu’il signifie pour vous, l’annonceur.

Simplement dit, le web sémantique désigne les méthodes permettant de coder l’information pour que les ordinateurs puissent en comprendre et en utiliser le contenu. Ceci veut dire que dans quelques années, lorsque vous effectuerez une recherche Internet, vous n’aurez plus à utiliser un jargon de mots-clés, mais à poser tout simplement une question ou à entrer un énoncé pour que votre logiciel puisse se faire une très bonne idée de ce que vous voulez dire.

À terme, les Google, Microsoft et Yahoo! de ce monde intégreront des fonctions de web sémantique dans leurs moteurs de recherche. Le consommateur pourra alors effectuer ses recherches en utilisant son langage habituel et l’ordinateur effectuera les transformations en arrière-plan pour traduire le tout en langage machine.

Les consommateurs actuels sont beaucoup plus exigeants qu’auparavant parce que la technologie leur en a fourni  l’accès et le pouvoir de la contrôler. Des gens qui maîtrisent l’information à laquelle ils ont accès passent rapidement de la comparaison des choix qui leur sont offerts à la création de ces choix. Ce glissement a permis à la motivation d’émerger en tant que critère de segmentation. Pour les annonceurs, la motivation est un facteur de différenciation beaucoup plus significatif que les caractéristiques démographiques traditionnelles. Elle est aussi beaucoup plus facile à saisir qu’un ensemble de données psychographiques ambigües.

Lorsqu’on évalue les motivations, on voit que plusieurs d’entre elles peuvent ultimement se rassembler autour des mêmes bénéfices. Les motivations ont tendance à représenter des points de départ différents qui convergent vers un but unique.

Dans un monde où tout est « à  la demande », la notion de rareté média n’existe plus. Les gens créent leurs propres choix, ce qui change tout.

Quand un annonceur utilise des médias interruptifs, il loue des paires d’yeux et emprunte du temps à des consommateurs en train de s’adonner à une autre activité, regarder leur émission préférée  par exemple. Lorsqu’une personne s’intéresse à un sujet à partir de son ordinateur, de son appareil portable, d’un appareil de recherche d’information ou d’un espace de commerce au détail, elle fournit  l’annonceur une occasion véritable de capter son attention. Or, cette attention est immensément plus importante que la simple notoriété : elle est indissociable de la motivation. Ainsi, des tactiques fondées sur la motivation mènent plus facilement à l’action que d’autres tentant d’interpréter les comportements.

Trois choses sont claires : les moteurs de recherche vont devenir considérablement plus performants; les consommateurs sont déjà beaucoup plus futés que la campagne publicitaire moyenne et, enfin, la motivation est la nouvelle forme de segmentation. Ensemble, ces trois données nous permettent de constater combien est riche et fertile le terrain de l’innovation et de la créativité.

Au fur et à mesure de la mise en application du web sémantique, les tactiques de marketing Internet les plus efficaces seront celles dont les messages se rapprocheront le plus des motivations des consommateurs. Autrement dit, l’évolution de l’espace Internet permettra aux annonceurs de s’approcher de l’intérêt personnel des gens, pour s’afficher au bon endroit, au bon moment – ou à un seul degré de séparation de ce dernier.

Comprendre les questions posées par les consommateurs et apprendre à y répondre constitueront les défis centraux pour les annonceurs modernes. On sait tous que l’on peut apprendre des questions posées par les gens. Le faire réellement permettra aux initiatives publicitaires d’être plus pertinentes.

S’ajuster à la façon dont les gens utiliseront leurs nouveaux outils constituera certes un exercice fascinant pour les annonceurs. Afin d’y arriver cependant, ceux-ci devront sans doute augmenter leurs budgets de recherche et de mesure. Ils devront aussi fort probablement consacrer des sommes importantes au développement des tactiques leurs permettant d’intervenir au bon endroit, au bon moment. Il est aussi très probable que l’argent nécessaire à ces innovations provienne du déplacement des montants alloués aux postes budgétaires traditionnels vers des formes de publicité plus mesurables.

Le monde appartient à ceux qui bougent en premier. Pour plusieurs produits, il existe un nombre fini de motivations évidentes. Ceux qui ne pourront mettre au point leur propre méthode permettant d’annoncer « au bon endroit au bon moment » devront payer pour en obtenir une… ce qui risque de coûter cher.

Brady Gilchrist travaille dans le domaine des affaires numériques depuis le début du secteur. Sa première entreprise créait des applications mobiles – longtemps avant que la mobilité ne devienne une expression à la mode. La technologie qu’il a mise au point ayant été vendue, une clause de non-concurrence l’a amené au commerce en ligne au début des années 90. Ainsi, sa deuxième entreprise, Intermagic, a été l’une des premières agences Internet au Canada. Il a aussi occupé les postes de vice-président principal à l’agence GJP advertising et de vice-président exécutif et chef des services de sécurité à Fuel Industries. Enfin, il a fondé Admodo Group, dont il est président. Son rôle est d’inventer, d’investir et de promouvoir des nouveautés. Il agit aussi comme mentor. À ce titre, il aide au démarrage de nouvelles entreprises et encourage des inventeurs ou des annonceurs ayant des projets d’avenir.

 
 

 

Nous joindre  |  Recherche Plan du site  |  Politique de confidentialité