Aca Driving Marketing Success
 
Les services Telecaster n’exigeront plus une version sous-titrée des pubs télé pour les approuver
mai 14th, 2015

Par Ron Lund, président, chef de la direction, ACA

Ron Lund

Ron Lund

Un obstacle majeur dans l’approbation des messages télé avant leur mise en ondes vient de disparaître avec l’annonce des services Telecaster de leur décision de ne plus exiger une version encodée finale dans le cadre de son processus d’approbation.

Il a fallu neuf mois pour en arriver là, mais cette décision est exactement ce que les annonceurs et leurs agences réclamaient.

Rappelons les faits. Le CRTC a annoncé en 2013 qu’il exigerait à compter de septembre 2014 que toutes les pubs télé de langues française et anglaise diffusées au Canada soient sous-titrées (encodées avec des sous-titres cachés que les téléspectateurs ayant des problèmes d’audition peuvent faire apparaître à l’écran). Conséquemment, les services Telecaster avaient décidé d’inclure cette demande dans le cadre de son processus d’approbation.

La plupart, sinon tous les membres de l’ACA se conformaient déjà à la règle du CRTC et produisaient des pubs sous-titrées qui étaient vérifiées par les diffuseurs à la station. La situation s’est embrouillée peu de temps après le 1er septembre, la nouvelle étape d’approbation de Telecaster créant un goulot d’étranglement pour de nombreuses pubs télé, dont plusieurs faisant partie de promotions de courte durée.

TVmonitor

Le processus s’est avéré une source de frustration pour les membres de l’ACA et leurs agences. À tel point que l’automne dernier, l’ACA a réuni une quarantaine de personnes – dont les membres du conseil d’administration de TVB, des membres de l’ACA et des directeurs du routage d’agences – afin de discuter des problèmes entraînés par la nouvelle procédure et de réclamer son retrait. Lors de cette rencontre, nous avons fait valoir que celle-ci ajoutait un niveau d’approbation à la fois injustifié et imprévisible, alors qu’il existait déjà un mécanisme de contrôle au niveau des agences et des stations. De surcroît, en dépit des efforts de TVB pour s’assurer que les messages soient encodés correctement, il n’y avait aucun moyen de garantir que le message approuvé soit bien celui fourni au télédiffuseur.

Même si le dossier a traîné en longueur, TVB a émis un communiqué la semaine dernière annonçant qu’à compter du 16 mai, les services Telecaster n’exigeraient plus qu’une version non encodée pour approbation et que les stations seraient à nouveau chargées de la vérification des sous-titres – la règle du CRTC restant, bien entendu, en vigueur. À la suite de cette décision, les annonceurs peuvent s’attendre à une accélération du processus d’approbation et à une réduction des coûts.

Malgré cette bonne nouvelle, deux autres questions soulevées par l’ACA lors de la rencontre restent entières : l’exigence d’attestations pour appuyer les allégations faites dans les publicités et l’application de la loi québécoise relative à l’exposition involontaire des enfants à des annonces de produits susceptibles de les intéresser.

Le manque de compréhension de la loi québécoise manifestée par les services Telecaster et leur exigence d’attestation pour justifier des affirmations aussi anodines que « Tony Bennett chante ses chansons préférées » retardent de façon indue le processus d’approbation des publicités télé. L’ACA a déjà tenu un briefing sur les attestations qui a permis de clarifier la situation et d’en réduire le nombre exigé. Nous espérons travailler avec les services Telecaster en vue d’élaborer une solution durable. L’ACA prévoit de plus organiser une autre session de briefing portant, cette fois, sur l’application de la loi québécoise. Restez à l’écoute pour en savoir plus à ce sujet.

Image courtoisie de Scottchan à FreeDigitalPhotos.net

Tags: , , , , ,

 
 

 

Nous joindre  |  Recherche Plan du site  |  Politique de confidentialité