Aca Driving Marketing Success
 
Donner de l’importance à la musique
avril 12th, 2016

Par Mark Harrison, président et chef de la direction, T1

Cercle des auteurs-compositeurs

Cercle des auteurs-compositeurs, Prix JUNO 2016

Les prix JUNO représentent beaucoup pour plusieurs personnes.

Pour l’industrie de la musique canadienne, ils constituent une marque de reconnaissance, une célébration et une source d’inspiration. Pour les entreprises commanditaires, ils représentent une occasion d’exploiter une relation passionnée avec les consommateurs. Pour divers paliers de gouvernement et une multitude d’ONG, ils sont une composante essentielle du développement culturel du Canada. Pour les municipalités, ils fournissent une occasion rêvée de se présenter au reste du pays. Pour les fans, ils sont une occasion de voir de grands talents dans plusieurs genres musicaux. Pour mon équipe et moi, la tenue des JUNO 2016 à Calgary le weekend dernier a été l’occasion d’apprendre, d’enrichir nos réseaux et de préparer la conférence 2017 Canadian Sponsorship Forum Xperience, dont les prix JUNO seront l’hôte en mars prochain à Ottawa.

En fait, la fin de semaine dernière, ce que j’ai appris va au-delà d’un simple rappel des principes du marketing musical. J’ai découvert le travail important accompli par l’industrie de la musique et certains commanditaires tournés vers l’avenir. Musiciens, marques commanditaires, Patrimoine Canada et CARAS (la Canadian Academy of Recording Arts and Sciences) ont uni leurs forces et se sont donnés comme mission d’assurer que la musique fasse partie de l’éducation de la jeunesse canadienne en amassant des fonds pour faire don d’instruments à des écoles dans le besoin et pour appuyer les professeurs de musique d’un océan à l’autre.

Je soupçonne que plusieurs Canadiens s’imaginent que nos écoles regorgent d’instruments de musique. Qui ne se souvient pas, en effet, de ses débuts comme instrumentiste sur une flute à bec en plastique ou en bois? N’aviez-vous pas l’impression que votre école secondaire avait plus d’instruments à vent que de ballons de volleyball? Dans la période où vous avez pu déterminer si vous étiez soprano ou alto, ne fréquentiez-vous pas une école secondaire où des classes entières étaient pleines de boîtes usées renfermant tous les instruments imaginables? Vous avez sans doute partagé la même embouchure que votre oncle avait utilisée une génération plus tôt…

Aujourd’hui, la réalité est tout autre et de nombreuses écoles manquent d’instruments. Voilà pourquoi CARAS a créé le programme MusiCompte il y a 19 ans, qui a permis de donner 9 millions $ pour soutenir l’éducation musicale au Canada.

La réalité est que seulement une école sur quatre faisant une demande à MusiCompte voit sa requête acceptée. Sur une base annuelle, ceci signifie que plus de 15 000 écoles doivent se débrouiller autrement.

L’importance de la musique dans la vie de nos jeunes a été le thème récurrent de toute la semaine des JUNO. Apprendre un instrument permet d’améliorer toutes sortes d’autres habiletés. L’apprentissage de la musique aide dans la résolution des problèmes, la capacité de travailler en équipe, l’esprit critique et les habiletés langagières (J’ai aussi pu comprendre qu’apprendre la guitare pouvait être particulièrement utile pour les jeunes célibataires…).

Si je me présente comme un sportif invétéré et un athlète raté, j’étais aussi le seul individu de mon école secondaire à jouer dans l’orchestre de l’école et dans l’équipe de football des finissants. J’avais des talents limités dans les deux cas, mais la discipline et les habitudes de travail que j’ai acquises dans l’orchestre se sont avérées essentielles. J’ai aussi eu beaucoup de plaisir. Mon pauvre professeur de musique était la victime de beaucoup trop de moqueries. Il explosait littéralement lorsque nous faisions trop d’erreurs, mais j’adorais jouer en public et j’ai eu le privilège de faire partie pendant un an de l’orchestre toute-étoile du comté de Simcoe mis sur pied par l’escouade locale de la GRC. Nous jouions dans une vraie salle de concert à Barrie et je me sentais comme une vedette rock.

Je n’ai pas persévéré en musique et je le regrette aujourd’hui. J’aurais dû écouter ma mère et ne pas abandonner le piano. J’aurais dû continuer à jouer dans l’orchestre de l’école et ne pas démissionner avant ma dernière année du secondaire, alors que tous ses membres sont allés à Vancouver pour un voyage musical. J’aimerais pouvoir prendre une guitare et monter sur scène ce weekend.

Cela dit, je suis heureux d’avoir eu le choix. Heureusement aussi pour les jeunes Canadiens, MusiCompte travaille d’arrache-pied pour que la plupart d’entre eux aient aussi ce choix. Le programme organise de nombreux événements au cours de la semaine précédant le gala des JUNO afin de recueillir des fonds et de mieux se faire connaître. J’ai eu la chance d’assister au Cercle des auteurs-compositeurs, présenté conjointement par la SOCAN et Yamaha Music Canada, ainsi qu’au souper et à la remise des prix JUNO. Le cercle des auteurs-compositeurs constitue une expérience unique. Plusieurs musiciens célèbres expliquent le contexte les ayant mené à écrire certaines de leurs chansons avant de les interpréter. C’est un événement extraordinaire auquel vous devez assister au moins une fois dans votre vie. Par ailleurs, l’un des moments les plus intéressants du gala est l’attribution du prix du professeur de musique de l’année. Cette année, Don Bossé de l’École secondaire de Fredericton en a été le récipiendaire. Ceci a été particulièrement excitant pour lui, puisqu’on lui a remis son prix alors qu’il essayait un smoking chez Holt Renfrew. Geddy Lee et Alex Lifeson du groupe Rush ont pris sa cabine d’essayage d’assaut pour l’occasion. Cool!

Il semble y avoir une occasion incroyable pour les marques canadiennes de s’associer avec les programmes de musiques dans les écoles. Le champ est libre, original et à l’abri des modes. Ceci leur permettrait de rejoindre des populations diverses. Le besoin existe. Leur implication est bienvenue. La Banque TD est à l’avant-garde avec son appui important au programme MusiCompte. Elle a d’ailleurs accru son engagement de 1 million $ sur deux ans à cet égard.

Lorsque l’on considère les budgets alloués par les marques aux sports, aux festivals et aux organismes caritatifs, ceux consacrés à la musique sont minuscules. Les marques s’efforcent sans cesse de créer du contenu, de rejoindre les influenceurs et de s’adresser à une génération ou l’autre. Imaginez ce que signifierait le fait d’avoir Shawn Peter Raul Mendes comme influenceur, si vous lui aviez mis une trompette dans les mains quand il avait 14 ans?

L’occasion existe pour votre marque dès maintenant. Il existe une machine bien organisé qui n’attend que votre engagement. Échafaudez un programme de commandite bien structuré et vous aurez une idée qui peut s’appliquer aussi bien à une salle de classe de Chilliwack qu’à la scène des JUNO à Ottawa. (Chilliwack… voyez que j’y ai fait)

Il y a longtemps que je souhaite former un partenariat avec CARAS sur CFSX. J’estime que la combinaison d’être à Ottawa pour les célébrations du 150e anniversaire du Canada en 2017 et de partager la scène lors des Canadian Music Awards vaut son pesant d’or. Je pense aussi que le fait de contribuer à l’avancement de la musique au pays rendra cette occasion encore plus importante.

Mark Harrison

Mark Harrison

Note de l’auteur : Je voudrais en profiter pour présenter toutes mes excuses à la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, que j’ai rencontrée à un événement des JUNO le weekend dernier. Après s’être présentés, je lui ai bêtement demandé ce qu’elle faisait à Patrimoine Canada et où elle était basée. Le lendemain, lorsque je l’ai vue monter sur scène, j’ai réalisé l’ampleur de ma bourde et mesuré à quel point mes habiletés de réseautage étaient rouillées. Règle no 1 : reconnaître les membres du cabinet quand vous les voyez…

Tags: , , , , , , , ,

 
 

 

Nous joindre  |  Recherche Plan du site  |  Politique de confidentialité